A la rencontre des Porteuses, opposées à la GPA

Le collectif Les Porteuses, qui lutte contre la GPA, va faire sa rentrée cette semaine. Aude, une des responsables, nous présente leurs actions et le sens de ce combat.

*

Wilhelm JDV | Bonjour, Aude. Peux-tu s’il te plait nous expliquer ce que sont Les Porteuses ?

Aude |

C’est un groupe qui s’est donné pour mission de sensibiliser les Français aux conséquences de la Gestation pour Autrui (GPA), à laquelle nous nous opposons. Ce sujet est extrêmement important, car il interpelle la conscience de chacun d’entre nous. Or on en parle trop peu, alors même qu’il est en passe de devenir une réalité en France. Réalité par ailleurs plus ou moins occultée….

Nous voulons donc faire connaître aux gens ce dont il s’agît : qu’est ce que la GPA? Quelles sont ses conséquences ? Et nous voulons aussi provoquer une prise de conscience par les Français sur la volonté du gouvernement de faire passer une loi sur la PMA, quasiment à l’insu de la grande masse de la population, qu’il a décidé d’ignorer ouvertement.

Wilhelm JDV | Quel mode d’action avez-vous choisi pour cela ?

Aude |

Nous menons des actions publiques que nous qualifions de « chocs », c’est-à-dire des actions théâtralisées, très symboliques, et faisant appel à des mots très forts, très expressifs. A ce jour, nous en avons déjà réalisées cinq, comme des « Ventre$ aux En-Chairs », à Rennes par exemple, ou une marche vers le Monument de l’Esclavage à Paris.

Actuellement en cours de structuration, nous nous concentrons actuellement sur ce type d’action, et verrons ensuite comment prolonger notre action.

Wilhelm JDV | Des « Ventre$ aux En-Chairs » ? [sourire...]. Qu’est-ce donc ?

Aude |

Une Ventre$ aux En-Chairs est une action se déroulant dans un endroit public, plusieurs filles simulent des femmes enceintes grâce à de généreux oreillers glissés sous leur T-shirt. Un code-barre bien visible figure en bonne place par dessus…

Munies d’un haut-parleur, nous mettons alors à prix ces ventres prometteurs et convoités. Un groupe de garçons, jouant les acheteurs, enchérissent à qui mieux, et nous leurs vendons ces ventre au plus offrant. Celui qui remporte l’enchère s’écarte alors du groupe, accompagné par la femme qu’il vient d’acheter, et ils passent derrière la scène, là où se trouvent nos banderoles.

Par ailleurs, en commerçants avisés, nous proposons aussi toute une bibliothèque de sperme afin de garantir le choix du meilleur bébé….

La « Ventre$ aux En-Chairs » se conclue par un discours final, présentant le mouvement des Porteuses, et le sens de son combat.

Wilhelm JDV | Tu as mentionné une marche vers le Monument de l’Esclavage. Comment s’est-elle déroulée ?

Aude |

De façon très satisfaisante ! Nous avons organisé cette Marche aux Esclaves à Paris le 27 juin 2013, laquelle s’est achevée par une série de discours prononcés devant cet édifice, car il nous paraît très symbolique des conséquences sur certaines mères porteuses qu’entraîne déjà la GPA, notamment dans des pays très pauvres, comme l’actualité récente a pu le montrer.

Or il se trouve que quelques communautés africaines, très attachées elles aussi à ce Monument de l’Esclavage, avaient eu vent de notre action. A notre grande surprise, plusieurs de leurs représentants s’étaient donc rendus sur place, avec la ferme attention d’en surveiller de très près le déroulement.

Nous avons pu rentrer en dialogue, et leurs faire comprendre la nature de notre message.

Wilhelm JDV | Comment sont nées Les Porteuses ?

Aude |

D’abord, il y a eu le choix d’agir en réaction à l’action des Femen, qui veulent libérer entièrement le corps de la femme, ce qui les amène à accepter la GPA. Or, pour nous, cette fausse libération n’est en fait que de la « libéralisation », puisqu’on vend le corps de la femme.

Nous considérons ainsi que la GPA s’apparente à de la prostitution. [Quid de l'enfant ?NDLR]

Collaborant dans un premier temps avec le groupe féministe NAVNAL (Ni A Vendre Ni A Louer), un des nombreux groupes nés dans la mouvance de l’opposition à la loi Taubira du mariage pour tous [lequel inclut l'adoption NDLR], nous avons décidé de créer une entité spécifique, dédié à la lutte contre la GPA. Nous avons donc décidé de créer notre propre mouvement: c’est ainsi que Les Porteuses ont vu le jour au début du deuxième trimestre 2013.

Wilhelm JDV | Et maintenant, où en êtes-vous ?

Aude |

Depuis cela, ce qui est finalement assez récent, nous avons constitué un noyau dur de gens avec une grande variété d’opinions, tant sur le plan politique que religieux, mais qui toutes s’opposent à la GPA, et à la vision de la femme qui y est liée.

Nous sommes ainsi une vingtaine de réguliers sur Paris, et une dizaine sur Rennes, où aura d’ailleurs lieu notre prochaine vente….

Wilhelm JDV | Une nouvelle « Ventre$ aux En-Chairs » ? [sourire]

Aude |

Encore mieux : un supermarché du ventre ! [rires...]

Ouverture le 13 novembre à 19 H, place de la mairie à Rennes. Les acheteurs y passeront entre des rangées de femmes enceintes, alignées, au milieu de panneaux comportant des slogans promotionnels. On y lira par exemple le fameux « deux pour le prix d’un », etc.

Les acheteurs choisiront « leur » ventre, sur des critères tant physiques que commerciaux, et mettront la femme retenue dans un caddie, pour repartir avec.

Pendant ce temps, nous lirons une allocution, qui sera d’une portée nettement plus longue que celui de nos précédentes« ventres aux enchères » [disponible en lien ici à partir du 13 au soir NDLR].

Wilhelm JDV | Rendez-vous mercredi soir, donc ! Et après, quel avenir pour Les Porteuses ?

Aude |

Pour l’instant nous nous projetons jusqu’au vote de la loi censée contenir les articles relatifs à la GPA, prévue pour mars. D’ici là, il nous faut donc nous activer !

Comme je l’ai dit nous sommes en cours de structuration. Plusieurs villes sont d’ailleurs en réflexion sur la création d’un groupe local de Porteuses.

Wilhelm JDV | A qui doivent s’adresser les intéressés ?

Aude |

Le mieux est de rentrer en contact avec nous soit via les réseaux sociaux, soit via notre site internet.

Wilhelm JDV | Eh bien, il ne me reste plus qu’à souhaiter aux Porteuses des ventes… fructueuses!

*

Retrouvez Les Porteuses sur leur site internet

Retrouvez Les Porteuses sur Twitter.

Retrouvez Les Porteuses sur Facebook.

recommend to friends
  • gplus
  • pinterest

Commentaires

  1. Ardwenn
    12 novembre 2013 at 13 h 36 min

    Très bonne choses, que tout cela…
    Mais attention aux contresens dans le discours…
    Qui parfois, heurtent…
    Voir ici l’affirmation
     » l’action des Femen, qui veulent libérer entièrement le corps de la femme »
    -alors que de toute évidence l’objectif des FEMEN ( qui, Dieu merci, ont retrouvé leur place naturelle, à savoir les poubelles de l’Histoire ) , était de
    « libérer la femme de son corps »
    pourrait induire certaines et certains en erreur…

  2. Dominique
    16 novembre 2013 at 18 h 17 min

    Félicitations. Je ne peux faire autre chose que de transmettre votre journal au maximum de personnes autour de moi.

    • Wilhelm du JdV
      16 novembre 2013 at 20 h 31 min

      Merci, Dominique !
      Profitez-en pour demander autour de vous s’il n’y a pas des intéressé(e)s pour monter un groupe local de porteuses. Ce sont des actions facilement reproductibles, et qui sont très didactiques.
      On gagnerait à voir ces initiatives se diffuser un peu partout en France.

  3. HerveLE
    17 décembre 2013 at 10 h 17 min

    Bravo pour cette action, je n’en avias pas connaissance! je vais la partager.
    je pense également que ce genre d’action choc et imprimant les esprits est excellent, (et déjà pratiqué de longue date par nos opposants politiques!)

Leave comment